Histoires Perdues

Surpris

Tu te tiens immobile, au milieu de la salle. Réserver cette salle a été une galère sans nom. Tu as dû lancer une cagnotte pour obtenir assez d’argent. Mais désormais, tu peux t’entraîner deux fois par semaine en prévision de ce spectacle.

— 1, 2, 3, 4.

La voix d’Élise retentit dans tes oreilles comme un son déformé. Elle lance la musique. Les premières notes montent dans l’air. Tu as l’impression de les voir voler autour de toi, tels des petits papillons, chaque battement d’ailes t’apportant un nouveau son.

Ton corps commence à se mouvoir en rythme. Tu as galéré pour monter cette chorégraphie, la faire coller à chaque passage de la chanson. Sans compter que le morceau que tu as choisi est court : c’est un des plus vieux morceaux de Lindsey Stirling. Mais tu voulais que ce soit elle qui t’accompagne pour le jour fatidique.

C’est avec elle que tu avais commencé à danser. C’est grâce à sa musique que tu avais cherché des tutoriels en ligne, pour faire honneur au son. Puis tu avais trouvé un cours pour te former un peu mieux. Tu avais dû trouver un petit boulot, ne pas ménager tes heures, et trouver encore le temps d’étudier. Mais tu t’étais astreinte à cette rigueur.

Et cette chanson, c’est l’histoire d’une femme prisonnière de son carcan qui, un jour, se rend compte qu’elle peut s’en échapper. Immédiatement, elle se saisit de cette opportunité. L’homme, lui, essaie de la maintenir à sa place. Il fait peser sur elle le poids de son regard, de ce qu’il attend d’elle.

C’est un peu toi. Il n’y a pas d’homme en particulier. Juste une société.

Aujourd’hui, tu prépares l’examen de cette foutue école de danse. Oh, qu’est-ce que tu désires y aller ! Voilà huit ans que tu rêves, petite fille devenue adulte.

Personne de ton entourage ne te soutient, à l’exception d’Élise. Elle tenait la caméra qui te filmait. Et c’était des inconnus d’internet qui avaient eu foi en toi, qui t’avaient offert leur argent, sur la base des petites vidéos que tu mettais chaque semaine.

Tu vas leur montrer.

Tu veux surprendre, enchanter. Et confirmer aussi.

Tu es douée.

Et Iels le sauront.

Alors chaque semaine, deux fois par semaine, pour encore un mois et demi, tu vas t’entraîner. Tu vas suer. Tu vas pleurer sûrement.

Tu te vois tomber, échouer sur certains enchaînements, remodeler la chorégraphie. Chaque minute qui passe te rend meilleure.

— 1, 2, 3, 4.

La voix d’Élise retentit dans tes oreilles comme un son déformé.

C’est le jour J.

Elle lance la musique.

Les papillons s’envolent autour de toi. Et toi, tu t’élances, aérienne.

Rien ne peut t’arrêter.

Tu as envie de rire et de pleurer.

Les pas s’enchaînent avec la perfection du dur labeur. Tu y mets ton énergie, ta soif, ton désir, ta rage. Tu y mets tout ce qui t’a permis d’arriver ici et maintenant.

Alors, êtes-vous surpris ?

logo OY

N’hésitez pas à découvrir mes autres histoires perdues.

Spread the love

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *